C’est la rentrée !

Ça y est, pour la plupart d’entre nous, les vacances sont terminées, et la rentrée approche à grands pas !

Comment vous sentez-vous ?
Comment s’est passé votre été ?
Est-ce que vous avez profité des vacances pour manger léger, faire plus de sport, vous reposer ?
Ou au contraire avez-vous enchainé les repas festifs et les soirées arrosées entre amis ?

kimson-doan-37947.jpg
Si vous êtes dans le premier cas, c’est très bien, essayez de continuer et de garder vos bonnes habitudes.
Si vous êtes dans le second cas, c’est très bien aussi ! Vous avez certainement profité de très bons moments entourés de ceux que vous aimez, et même si la balance annonce quelques kilos de plus, ne culpabilisez pas ! Il suffira sans doute de faire quelques petits changements dans votre quotidien pour que tout rentre dans l’ordre. Les bons souvenirs, eux, resteront !
Si vous avez réussi à concilier les deux, c’est parfait. Félicitations !

lauren-mancke-60627
La rentrée de septembre, surtout lorsque l’on a des enfants, est une période assez stressante.
Il faut jongler entre les emplois du temps de chaque membre de la famille, les activités extra-scolaires, la reprise du travail, et en plus on se dirige doucement vers l’automne, et souvent une baisse d’énergie se fait sentir au bout de quelques semaines.
On se dit avec un peu d’amertume que les bienfaits des vacances ont déjà disparu, et on commence à rêver aux prochaines. Ceci n’est pas une fatalité.

On peut choisir de mettre en place de nouvelles habitudes pour prendre soin de soi.
Cela peut être l’occasion de reprendre une activité physique, même douce, pour entretenir son corps et son esprit.
On peut décider de faire attention à son sommeil, si on a quelques soucis de ce côté là.
Il existe des techniques autres que la prise de somnifères pour corriger en douceur les difficultés d’endormissement ou les nuits un peu chaotiques.
Côté alimentation, on a encore énormément de choix concernant les fruits et légumes de saison, c’est le moment de faire le plein de vitamines !
Tout cela va vous aider à garder la forme pendant les mois plus froids, à éviter les petits désagréments (rhumes, fatigue, moral en berne…).

patrick-hendry-45138
Il est aussi important de se réserver un petit moment chaque jour pour soi, prendre le temps de se poser loin de l’agitation, respirer, penser à quelque chose d’agréable, de positif.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre et que vous souhaitez être accompagné(e) pour mettre en place de nouvelles habitudes dans votre quotidien, je suis à votre disposition.

Nous verrons ensemble quels changements pourraient vous être bénéfiques selon votre profil et comment les intégrer à votre quotidien sans que cela soit trop compliqué pour vous.
Vous pouvez vous rendre sur l’onglet « Prestations » en haut au centre de l’écran et prendre rendez-vous pour une première séance.

Je vous souhaite une belle rentrée en douceur !

Images :   unsplash


L’huile essentielle de basilic (Ocimum Basilicum L.)

basil-1377892_1280

Le basilic (Ocimum basilicum L.) est une plante de la famille des Lamiacées.
Originaire d’Asie, on le retrouve dans toute la région Méditerranéenne.
C’est une plante annuelle très aromatique, que l’on utilise en cuisine. Les feuilles crues servent à agrémenter les crudités, les pâtes, certaines viandes, les sauces (vinaigrettes, pesto).

L’huile essentielle de basilic est composée de méthylchavicol, linalol, acétate de linalyle, cinéole, estragole et eugénol.

Elle est extraite par distillation des parties aériennes fleuries.

bee-1670060_640

L’huile essentielle de basilic est principalement antispasmodique, surtout au niveau du tube digestif. On s’en sert pour calmer les nausées, ballonnements, indigestions et crampes intestinales… Mais également en cas de douleurs menstruelles.

Anti-inflammatoire et antalgique, grâce à la présence de linalol dans sa composition chimique, on peut l’utiliser pour soulager les douleurs en cas de polyarthrite rhumatoïde, et d’autres formes de rhumatismes.

Egalement antibactérienne, antiseptique et antifongique, l’huile essentielle de basilic est puissante contre certaines bactéries et contre les intoxications alimentaires.

Enfin, son action sédative et calmante est intéressante en cas de troubles du sommeil, ou d’anxiété.
Elle agit sur le stress, la nervosité, la spasmophilie…

woman-918781_640.jpg
Précautions :
L’huile essentielle de basilic est très puissante. Il ne faut pas l’utiliser en cas de grossesse, d’allaitement, ni chez les bébés et enfants de moins de 6 ans.

Il ne faut pas l’appliquer pure sur la peau. Elle s’utilise diluée dans une huile végétale.

Utilisation : les huiles essentielles, bien que naturelles, ne sont pas sans danger. Il est impératif de prendre conseil auprès d’un professionnel pour connaitre précisément les voies d’utilisation et la posologie de chaque H.E.

Images : pixabay

 

 

 

 

 

 


Je n’ai pas le temps de cuisiner

Souvent, on n’a pas le temps, ou pas envie de cuisiner au quotidien. On mange au restaurant ou à la cantine le midi, et le soir quand on rentre on n’a pas forcément envie de se mettre aux fourneaux. Alors on opte pour un plat tout prêt, qui passe du réfrigérateur/congélateur au four/micro-onde.

Malheureusement ces plats sont le plus souvent trop riches en graisses et/ou en sucres, et si on y a recours trop régulièrement, cela participe au déséquilibre alimentaire et à la prise de poids.

Heureusement, il existe des astuces pour vous permettre de manger sainement sans passer une heure chaque soir en cuisine.

1 – S’organiser

jeff-sheldon-264920.jpg

C’est la base lorsque l’on a une vie bien remplie et des journées chargées.
Si vous n’êtes pas trop réfractaire à l’idée de cuisiner de temps en temps, vous pouvez essayer de trouver deux moments dans la semaine pour préparer vos repas à l’avance. Cela peut être un moment dans le week-end et le mercredi, par exemple.
Si vous ne pouvez pas dégager de temps en milieu de semaine, il est également possible de prendre plus de temps sur le week-end et préparer d’un coup tous vos dîners de la semaine, et congeler.

Peut-être que vous apportez votre déjeuner sur votre lieu de travail. Dans ce cas, vous pouvez prévoir des quantités plus importantes et réserver des parts pour vos repas du midi en semaine.

2 – Essayer 

katie-smith-104748

Vous ne savez pas cuisiner? Dans ce cas, je ne peux rien pour vous.
Je plaisante ! Si vous êtes capable de faire cuire des pâtes ou du riz, et d’ajouter des légumes nature surgelés, et des protéines (viande, poisson, protéines végétales), vous êtes sauvés!

Souvenez-vous qu’une assiette équilibrée est composée d’une moitié de légumes, un quart de céréales et un quart de protéines animales ou végétales. C’est un bon indicateur pour vous permettre de ne pas abuser des féculents et/ou protéines, au détriments des légumes.

Les légumes, crus ou cuits, sont vos amis. Aussi, il est important de leur faire une place d’honneur dans votre assiette.
Il existe plein de façons de les accommoder : en salade, en soupe, à la poêle, au four, à la vapeur, à l’eau…
Si vous choisissez des légumes frais, privilégiez les légumes de saison (et idéalement locaux et bio si votre budget vous le permet). Ils seront plus riches en nutriments et plus intéressants pour votre santé.
Voici un exemple de calendrier :

calendrier-des-saisons.jpg

N’hésitez pas à jouer avec les herbes aromatiques et les épices. A partir d’une même base, en changeant seulement les assaisonnements, vous pouvez vous retrouver avec des plats gustativement très différents.

Je vous donne un petit exemple tout simple: des carottes râpées en entrée.
Vous pouvez choisir de faire une vinaigrette (en variant les huiles et les vinaigres, les saveurs changent).
Vous pouvez choisir d’assaisonner avec un filet de jus de citron ou d’orange.
Parsemer de persil ou de coriandre, de graines de sésame, d’un trait de sauce de soja, etc… Laissez parler votre imagination, soyez créatif(ve) !

3 – Commencez par des choses simples et rapides

En général, quand on débute une activité, on apprécie d’avoir des résultats rapides.
C’est bien sûr valable en cuisine.
Choisissez des recettes rapides, avec environ 15 minutes de préparation. Si vous avez plus de temps, et de motivation, vous pouvez tout à fait choisir des plats qui demandent plus de préparation.

eaters-collective-132773.jpg
Quand je prépare un repas rapide, je commence toujours par prendre une casserole et faire bouillir de l’eau. Elle servira à faire cuire les féculents ou céréales choisis.
Pendant que l’eau chauffe, je lave et coupe les légumes. Si vous utilisez des légumes surgelés, c’est encore plus rapide.
Quand l’eau arrive à ébullition, je verse le féculent, et je fais cuire les légumes à la poêle dans un filet d’huile (d’olive, la plupart du temps), ou à la vapeur.
Lorsque la fin de cuisson est proche (une dizaine de minutes en moyenne), je m’occupe des protéines, animales ou végétales. La cuisson est également rapide si c’est à la poêle (aiguillettes de poulet, filets de poisson, oeufs en omelette, tofu coupé en cubes….).
J’ajoute des herbes et épices selon mes envies, et en moins de 30 minutes au total, j’obtiens un plat complet et équilibré.

Quelques idées 

  • Riz + brocolis / épinards + oeufs
  • Spaghetti + champignons avec ail et persil + tofu
  • Quinoa + courgettes / poivrons + blancs de poulet
  • Semoule + carottes au cumin + poisson
  • Salade verte + tomate / concombre + croûtons + dés de fromage

Je vous reparlerai de cuisine saine, simple et rapide prochainement.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter !

 

Images :  unsplash


Nutrition et phytothérapie

Qu’est-ce que la nutrition ?

Pour commencer, voyons un peu comment l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit la nutrition :

« La nutrition c’est l’apport alimentaire répondant aux besoins de l’organisme. Une bonne nutrition – c’est-à-dire un régime adapté et équilibré – et la pratique régulière d’exercice physique sont autant de gages de bonne santé. 

Une mauvaise nutrition peut entraîner un affaiblissement de l’immunité, une sensibilité accrue aux maladies, un retard de développement physique et mental et une baisse de productivité. »

On appelle « malnutrition » une alimentation déséquilibrée, qui concerne tous les pays du monde, et que l’on divise en deux catégories :

– La première est la dénutrition, qui comprend le retard de croissance (faible rapport taille/âge), l’émaciation (faible rapport poids/taille), l’insuffisance pondérale (faible rapport poids/âge) et les carences ou les déficiences en micronutriments (manque de vitamines et de minéraux essentiels).
On estime à 462 millions le nombre de personnes adultes en insuffisance pondérale.

– L’autre catégorie comprend le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles liées à l’alimentation (par exemple les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer). Cela concerne environ 1,9 milliard d’adultes dans le monde.
Les principales causes de ces déséquilibres sont liées à des facteurs économiques. En effet, beaucoup de personnes n’ont pas accès à de la nourriture de qualité, et se nourrissent à base de produits peu coûteux mais riches en graisses, en sucres et en sel.
Cela entraine une augmentation du taux d’obésité et du surpoids chez les adultes et les enfants. Le mode de vie de plus en plus sédentaire des populations est également un facteur aggravant.
On constate que l’on peut être en surpoids mais carencé en nutriments si l’alimentation n’est pas variée et pauvre en fibres, vitamines et minéraux.

currywurst-1264222_1280
Les conséquences du surpoids et de l’obésité sont l’augmentation du risque de certaines maladies chroniques comme :
– les maladies cardiovasculaires (principalement les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux)
– le diabète
– les troubles musculo-squelettiques, en particulier l’arthrose
– certains cancers (sein, ovaires, prostate, endomètre, foie, vésicule biliaire, rein et colon).

Il est donc très important de faire preuve de vigilance lorsque le surpoids s’installe.

Bien souvent, les personnes concernées sont tentées de suivre des régimes restrictifs et déséquilibrés, afin de perdre quelques kilos rapidement.

large

Chaque année, on voit fleurir de nouveaux régimes hypocaloriques qui promettent une perte de poids rapide mais qui malheureusement sont très difficiles à suivre, avec beaucoup de restrictions et de contradictions, et qui peuvent engendrer des carences voire des troubles du comportement alimentaire. Ces régimes ont aussi souvent pour conséquence une reprise de poids plus importante lorsque le sujet revient à une alimentation normale, appelée « effet yo-yo ».

Il est préférable d’opter pour un rééquilibrage alimentaire, en tenant compte de la personne, de son mode de vie et de ses goûts, afin de corriger en douceur mais de manière durable ses erreurs en matière d’alimentation et d’hygiène de vie.

La place de la phytothérapie dans un rééquilibrage alimentaire

Pour aider dans cette démarche de perte de poids/rééquilibrage alimentaire, il ne s’agit pas de se limiter à des conseils diététiques, mais aussi d’accompagner la personne dans son individualité, en ayant recours, par exemple, à la phytothérapie.

brooke-lark-182428

L’utilisation des plantes dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire peut être une aide précieuse, car elle agit sur plusieurs aspects importants pour optimiser les chances de réussite.
Nous pourrons voir ensemble, lors des consultations, quelles plantes sont adaptées à votre cas.

Source: OMS
Images: pixabay   we heart it   unsplash

<a href= »https://www.bloglovin.com/blog/19074613/?claim=cfafwcg2gyb »>Follow my blog with Bloglovin</a>