La phytothérapie dans un rééquilibrage alimentaire – Le métabolisme

Bonjour ! 

Aujourd’hui, dernier volet de la série d’articles sur l’utilité des plantes lorsque l’ont veut retrouver un poids de forme.
Je vais vous parler du métabolisme et de quelques plantes qui peuvent aider à l’augmenter.

Qu’est-ce ce que c’est ?

Le métabolisme de base représente la dépense énergétique minimale.

Au repos, l’organisme consomme de l’énergie pour maintenir en activité ses fonctions vitales : circulation sanguine, fonctionnement du cerveau, respiration, digestion, maintien de la température du corps, etc.

Le métabolisme de base est partiellement contrôlé par les hormones thyroïdiennes.
La quantité d’énergie dépensée varie d’un individu à l’autre, selon la taille, le poids,l’âge, le sexe, et l’activité de la glande thyroïde.

Certaines plantes contiennent des molécules capables d’activer le métabolisme cellulaire. Grâce à leurs propriétés stimulantes, elles dynamisent les diverses fonctions de l’organisme.
Ainsi, le métabolisme général est accéléré, induisant uneaugmentation des dépenses énergétiques, traduite par une fonte des réserves glucidiques et une perte d’eau.

Le Thé vert

Green tea

Originaire de Chine et du Nord de l’Inde, le théier est un arbuste dont on utilise les feuilles, qui peuvent être fermentées (thé noir) ou non (thé vert). Constitué de flavonoïdes, catéchols et tanins, il contient également des vitamines et minéraux, ainsi que des alcaloïdes (caféine et théophylline).
Les substances b遁fiques pour métaboliser les graisses empêchent l’accumulation du mauvais cholestérol (LDL) dans les artères, et l’apparition de maladies cardio-vasculaires.

Cette plante a de nombreuses autres vertus (cardiotonique, diurétique et stimulante).

Contre-indications et précautions : Diminution de l’absorption et de la biodisponibilité de certains médicaments (alcaloïdes, neuroleptiques et antidépresseurs) par les tanins.

Il diminue également l’absorption du fer.

On peut l’utiliser en infusion ou en gélule avant le déjeuner et le dîner.

Le Guarana

guarana-maigrir
Le Guarana est une plante grimpante originaire d’ Amazonie, utilisée par les Indiens du Brésil depuis l’Antiquité.

Les graines de Guarana sont très riches en caféine (environ 6 à 8%), et contiennent également des tanins catéchiques, des protéines, polysaccharides, des fibres (mucilage), de l’acide gallique et des vitamines.

Grâce à sa haute teneur en caféine, le Guarana est souvent utilisé pour favoriser la perte de poids, en augmentant la combustion des graisses.

Il est déconseillé en cas de maladie cardiaque, d’hypertension artérielle, d’anxiété et d’insomnie, d’ulcères gastriques et duodénaux. À éviter chez la femme enceinte, allaitante, et les enfants.

On l’utilise sous forme de gélules de poudre.

Le Yerba Maté

yerba-mate
Le Yerba Maté, ou Maté, est un grand arbre d’origine sud-américaine dont les feuilles comportent comme principale substance active de la caféine, qui donne au maté ses propriétés stimulantes.

Le Maté est constitué d’autres alcaloïdes, de vitamines, minéraux, flavonoïdes et tanins.

En phytothérapie, on utilise généralement les feuilles, ou les feuilles et les tiges. Elles sont coupées, légèrement grillées puis séchées, et enfin stockées plusieurs mois pour produire une légère fermentation. Le Maté est alors broyé et réduit en poudre fine.

Contre-indications et précautions : Comme tous les produits contenant de la caféine, le Maté doit être consommé avec prudence. Ne pas prendre en même temps que du Guarana, de la Noix de Kola (surdosage en caféine), de l’Ephédra ou de l’Orange Amère (les effets tonicardiaques et hypertenseurs combinés pouvant donner de graves troubles cardiaques).

On peut le prendre sous forme d’extrait fluide ou de poudre.

Voilà, j’espère que cet article vous a donné des informations utiles au sujet des plantes qui stimulent le métabolisme.

A très vite !

Images : unsplash ventreplatconseils eatthis

 


La phytothérapie dans un rééquilibrage alimentaire – Le drainage

Bonjour !

Aujourd’hui, je vais vous parler de la place de la phytothérapie dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire. C’est un peu plus « scolaire » que ma dernière série d’articles sur l’organisation des courses, mais j’espère que cela vous intéressera quand même.

L’utilisation des plantes  peut en effet être une aide précieuse pour optimiser les chances de réussite dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire.

Certaines plantes ont des vertus drainantes, d’autres agissent sur l’appétit ou encore le métabolisme, certaines sont utilisées contre le stress que peut engendrer un changement d’habitudes, et enfin certaines plantes peuvent aider à réguler un transit un peu paresseux (généralement lié au manque de fibres dans le cas d’un régime alimentaire déséquilibré et pauvre en végétaux).

Dans cette première partie, nous allons parler du drainage.

Qu’est ce que cela veut dire? Comment faire?

Le but du drainage est de détoxiquer l’organisme, accélérer la fonction d’élimination et maintenir ou rétablir le bon état des émonctoires. 

Le drainage c’est l’évacuation de fluides corporels.
Un émonctoire est un organe qui sert à évacuer à l’extérieur des déchets de fonctionnement de l’organisme : le foie, les reins, les intestins, la peau.

1 – Le foie

Lorsque l’on mange trop et/ou de manière déséquilibrée, le corps se met à stocker les aliments et les transforme en graisses. Les toxines s’accumulent et peuvent par exemple entraîner des troubles hépatiques.
Il est donc intéressant de nettoyer le foie pour permettre une bonne élimination des déchets et une accélération du métabolisme. 
Un foie en bon état permet d’avoir un meilleur transit et une meilleure élimination des déchets.

artichoke-2658344_640
Pour ce faire, on peut utiliser des plantes comme l’artichaut (sauf en cas d’allergies aux astéracées, ou d’obstruction des voies biliaires). On peut le prendre sous forme d’infusé ou de nébulisât (gélule).

radis-noir-copy

Le radis noir est aussi bien connu pour soulager le foie et la vésicule biliaire. C’est un draineur hépatique, urinaire, avec une action sur les intestins (bénéfique en cas de constipation).
Il faut éviter d’en prendre en cas de gastrite, et ne pas l’utiliser de manière prolongée en cas de dysfonctionnement thyroïdien.

rosemary-1888852_640
Le romarin a de nombreuses propriétés digestives et diurétiques, mais doit être utilisé avec précaution car il peut provoquer des irritations.
On l’utilisera plutôt en infusion, en décoction ou en extrait fluide.

2 – Les reins

Les plantes diurétiques, traditionnellement utilisées comme dépuratives, stimulent les reins et induisent une augmentation des urines. Elles sont généralement aussi actives sur le foie, en augmentant la sécrétion biliaire. Ces plantes sont indiquées pour diminuer la rétention d’eau. 

piloselle-977471_640
Parmi elles, la piloselle, qui en plus de son action diurétique, est antiseptique, en particulier vis-à-vis de certains germes responsables d’infections urinaires.
Elle aide principalement à traiter les problèmes de rétention d’eau, mais aussi à soulager les personnes souffrant d’oedèmes des membres inférieurs.
On peut la prendre sous forme de teinture mère ou d’extrait fluide.

orthosiphon-2699586_640
L’Orthosiphon (ou Thé de Java) peut également être utilisé pour drainer les reins. Il a une action diurétique mais aussi cholagogue (qui aide la vidange de la vésicule biliaire dans l’intestin), et est donc intéressant dans une démarche de perte de poids.
S’il n’y a pas de véritable contre-indication, il faut néanmoins faire attention en cas d’oedème cardiaque ou rénal. 
On peut le prendre sous forme de tisane, de nébulisât ou en extrait sec.

flower-2789833_640
Autre plante bien connue, la Reine des prés possède une activité antalgique et anti-inflammatoire très intéressante dans les problèmes articulaires.
Ses actions diurétiques et anti-oedémateuses peuvent apporter une aide efficace dans le cadre d’une perte de poids, et permettent de lutter contre la cellulite en facilitant l’élimination rénale de l’eau.
On ne l’utilisera pas en cas de grossesse, ou de prise d’AVK (médicaments anticoagulants). 
On peut la consommer en infusion, nébulisât ou en SIPF (Suspensions Intégrales de Plantes Fraîches).

Au risque de me répéter: ne prenez pas de plantes sans avoir consulté un professionnel. Naturel ne veut pas dire sans danger, il convient de faire attention aux contre-indications, et de savoir quelles quantités prendre pour que ce soit efficace sans être dangereux pour votre santé. 

Dans mon prochain article, je vous parlerai des plantes modératrices de l’appétit.

A très vite !

Images: academiedugout pixabay


La répartition des repas

Aujourd’hui, voici un article à propos de la répartition des repas sur la journée.

Comme vous le savez peut-être, il est vivement conseillé de fractionner ses repas, plutôt que d’en prendre un seul par jour, afin d’éviter les problèmes de digestion, mais aussi parce que si votre organisme est surchargé d’un coup, il stockera ce surplus sous forme de graisse (ce qu’on préfère généralement éviter).

Le petit déjeuner

C’est un repas essentiel car il se situe après le jeûne nocturne et avant le début des activités de la journée. Il permet donc au corps de récupérer du jeûne de la nuit et aussi de fournir de l’énergie pour la journée à venir.

anastasia-zhenina-84104
Certaines personnes ne peuvent pas prendre de petit déjeuner au réveil car elles ne ressentent pas de faim à ce moment-là.
Le problème est qu’elles risquent de prendre une collation peu intéressante sur le plan nutritionnel et bien trop riche en sucre et/ou graisse (je pense en particulier aux viennoiseries au bureau, ou au distributeur de barres chocolatées…)
L’idéal dans ce cas est d’anticiper et prévoir une collation plus saine, qui dépendra des goûts de chacun et de l’heure à laquelle elle est prise.

joseph-gonzalez-99034
On recommande la prise d’une boisson chaude ou froide (pour se réhydrater après le jeûne nocturne), un produit céréalier (plutôt à Index Glycémique bas) qui apportera de l’énergie, un aliment contenant du calcium (je prévois un article à ce sujet prochainement). On peut ajouter un fruit (pour les vitamines, les fibres et les sucres rapides), un peu de matière grasse, une source de protéines.
Ensuite, il suffit de composer selon les préférences (sucré ou salé) de chacun.

jannis-brandt-107231

Le déjeuner 

Le déjeuner est également un repas essentiel, car il apporte de l’énergie en milieu de journée, et évite les grignotages de l’après-midi (je parle du paquet de sablés au chocolat que votre collègue ne manquera pas de vous tendre pour accompagner votre thé vers 16h). Et si vous résistez aux tentations, vous risquez de rentrer chez vous affamé(e), et de vous jeter sur le pain que vous venez d’acheter chez le boulanger, accompagné de beurre ou de fromage, juste avant le dîner.

erik-lundqvist-219023
Attention toutefois de ne pas prendre un déjeuner trop copieux, sinon gare aux somnolences en début d’après-midi !

Le déjeuner et le dîner devraient être composés de la même manière : des légumes, une part de céréales, des protéines (on peut décider de prendre ses protéines en une seule fois au déjeuner ou au dîner, mais de préférence au déjeuner pour la digestion), une source de matières grasses, un aliment contenant du calcium, éventuellement un dessert.

ive-erhard-143833

Le dîner

Incontournable lui aussi, il évite les grignotages dans la soirée (le pot de crème glacée à 22h devant la télé, ce n’est vraiment pas une idée brillante lorsque l’on veut garder un poids de forme), et favorise l’endormissement quelques heures plus tard.

natalia-y-338163
Là encore, il vaut mieux éviter les repas trop copieux ou arrosés afin de ne pas passer la nuit à mal dormir à cause de problèmes de digestion.

Les collations

Elles sont optionnelles et dépendent de chaque individu.
On recommande néanmoins la prise d’une collation pour les enfants, les personnes âgées, mais aussi les femmes enceintes et les sportifs.
L’interêt des collations est de permettre d’équilibrer les apports nutritionnels et éviter les grignotages.
Si on les inclut dans l’alimentation, elles doivent être équilibrées.

fruits-2565817_640
Elles peuvent être composées des mêmes éléments qu’au petit-déjeuner.
Attention de ne pas prendre une trop grosse collation dans l’après-midi. Cela aurait pour effet de couper l’appétit au moment du dîner, de le décaler ou le supprimer et d’être tenté(e) de grignoter dans la soirée.

N’oubliez pas que la diversité est très importante pour avoir une alimentation équilibrée. 
N’hésitez pas à jouer avec les saveurs, les couleurs, variez les plaisirs !

Images: pixabay   unsplash


Une plante : la Mélisse (Melissa Officinalis L.)

melissa-2370815_640

La Mélisse est une plante médicinale de 30 à 50cm de hauteur, originaire d’Europe Centrale ou Méridionale, qui est souvent cultivée dans les jardins.
Ses feuilles ressemblent à celles de la menthe, et ses fleurs sont blanchâtres ou roses.
Lorsque l’on froisse ses feuilles, on peut sentir une odeur citronnée qui s’en dégage.

Les feuilles sont récoltées lors de la floraison (de juillet à septembre), puis sont séchées.

Délicieuse en infusion, elle a des propriétés antispasmodiques, apaisantes et bactéricides.
Elle est particulièrement indiquée en cas de troubles digestifs, contre le stress, les insomnies, les palpitations, mais elle agit également sur les mycoses, les aphtes et l’herpès labial.

lemon-balm-2655821_640
La mélisse est utilisée depuis des siècles. On la retrouve dans des liqueurs alcoolisées comme la Bénédictine et la Chartreuse (fin du Moyen-Âge – début de la Renaissance), mais également dans l’Eau de Mélisse des Carmes, créée au début du XVIIème siècle.

On peut l’associer à d’autres plantes, selon le trouble à traiter. 
Par exemple, pour l’anxiété et la nervosité, on peut utiliser la Mélisse avec l’Aubépine. Pour les brûlures d’estomac, elle s’associe volontiers avec la Réglisse.

Précautions : C’est une plante à éviter en cas de grossesse et d’allaitement.


Les légumes secs

Aujourd’hui, on va parler des légumes secs.
Si cela vous rappelle avec dégoût les lentilles de la cantine de votre enfance, il va falloir dépoussiérer un peu tout ça !

dried-beans-763158_640

D’abord, quelques informations…
On les appelle aussi « légumineuses ». Ils font partie de la famille des fabacées (j’avoue, je me fais un peu plaisir, là !).
Assez faibles en eau, ils contiennent beaucoup de protéines (qui leur vaut aussi le terme de « protéagineux ») et de glucides complexes, ce qui en fait des aliments très intéressants sur le plan nutritionnel.

Il existe une grande variété de légumes secs : 
les haricots secs : rouges, noirs, blancs, coco (aussi appelés Mogettes), Azuki, mungo
les fèves
les lentilles : vertes (les lentilles du Puy ont le label AOC), corail, blondes, beluga
les pois secs : pois chiches, pois cassés (jaunes et verts), pois entiers
les graines de lupin (vous savez, ces graines de forme un peu carrée, que l’on trouve parfois avec des olives vertes au rayon frais)
les graines d’arachide (riches en lipides et protéines)
les graines de soja (ou soja jaune, aussi riches en lipides et protéines)

paul-morris-128426.jpg

Leurs atouts :
Riches en protéines, faibles en lipides (pour la grande majorité), avec une haute teneur en glucides complexes, un IG (Index Glycémique) bas grâce à la forte teneur en protéines et fibres (insolubles).
Riches en vitamines et minéraux : potassium, fer (non-héminique), magnésium, phosphore, et vitamines du groupe B (surtout B9).

Quelques conseils :
– Associés à des céréales et des légumes frais, ils peuvent remplacer  la viande ou le poisson, et ont une place de choix dans les régimes végétariens.
– Vous en trouverez facilement dans les supermarchés, mais aussi dans les magasins bio. Leur prix est modique, ils se conservent longtemps (au sec), ce sont vraiment des aliments à intégrer dans votre alimentation !
– Si vous avez du mal à les digérer (ils contiennent des oligosides très fermentiscibles qui peuvent provoquer des flatulences), pensez à les faire tremper avant de les faire cuire, et ajoutez un peu de bicarbonate de sodium dans l’eau au moment de la cuisson.

Voici un tableau indicatif des temps de trempage et de cuisson

HaricotsTableau-01_referenceLentillesai-01_referencePOIStableau-01_reference
(www.biocoop.fr)

Quelques idées de recettes à base de légumes secs :
– Pois chiches : 

hummus-1058001_640
– Haricots secs :

kidney-bean-1486298_640

– Lentilles :

james-sutton-207988.jpg

– Pois cassés:

soup-584130_640
Si vous voulez d’autres idées, vous pouvez aller voir mon tableau « Légumineuses » sur Pinterest (je n’ai pas encore énormément d’épingles, je viens de créer mon compte).

J’espère que cet article vous aidera à vous réconcilier avec les légumes secs (si vous étiez fâchés), ou à vous donner de nouvelles idées afin de les mettre plus souvent au menu !

Je vous souhaite un excellent week-end !

Images: pixabay  unsplash

 


L’huile essentielle de basilic (Ocimum Basilicum L.)

basil-1377892_1280

Le basilic (Ocimum basilicum L.) est une plante de la famille des Lamiacées.
Originaire d’Asie, on le retrouve dans toute la région Méditerranéenne.
C’est une plante annuelle très aromatique, que l’on utilise en cuisine. Les feuilles crues servent à agrémenter les crudités, les pâtes, certaines viandes, les sauces (vinaigrettes, pesto).

L’huile essentielle de basilic est composée de méthylchavicol, linalol, acétate de linalyle, cinéole, estragole et eugénol.

Elle est extraite par distillation des parties aériennes fleuries.

bee-1670060_640

L’huile essentielle de basilic est principalement antispasmodique, surtout au niveau du tube digestif. On s’en sert pour calmer les nausées, ballonnements, indigestions et crampes intestinales… Mais également en cas de douleurs menstruelles.

Anti-inflammatoire et antalgique, grâce à la présence de linalol dans sa composition chimique, on peut l’utiliser pour soulager les douleurs en cas de polyarthrite rhumatoïde, et d’autres formes de rhumatismes.

Egalement antibactérienne, antiseptique et antifongique, l’huile essentielle de basilic est puissante contre certaines bactéries et contre les intoxications alimentaires.

Enfin, son action sédative et calmante est intéressante en cas de troubles du sommeil, ou d’anxiété.
Elle agit sur le stress, la nervosité, la spasmophilie…

woman-918781_640.jpg
Précautions :
L’huile essentielle de basilic est très puissante. Il ne faut pas l’utiliser en cas de grossesse, d’allaitement, ni chez les bébés et enfants de moins de 6 ans.

Il ne faut pas l’appliquer pure sur la peau. Elle s’utilise diluée dans une huile végétale.

Utilisation : les huiles essentielles, bien que naturelles, ne sont pas sans danger. Il est impératif de prendre conseil auprès d’un professionnel pour connaitre précisément les voies d’utilisation et la posologie de chaque H.E.

Images : pixabay

 

 

 

 

 

 


Nutrition et phytothérapie

Qu’est-ce que la nutrition ?

Pour commencer, voyons un peu comment l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit la nutrition :

« La nutrition c’est l’apport alimentaire répondant aux besoins de l’organisme. Une bonne nutrition – c’est-à-dire un régime adapté et équilibré – et la pratique régulière d’exercice physique sont autant de gages de bonne santé. 

Une mauvaise nutrition peut entraîner un affaiblissement de l’immunité, une sensibilité accrue aux maladies, un retard de développement physique et mental et une baisse de productivité. »

On appelle « malnutrition » une alimentation déséquilibrée, qui concerne tous les pays du monde, et que l’on divise en deux catégories :

– La première est la dénutrition, qui comprend le retard de croissance (faible rapport taille/âge), l’émaciation (faible rapport poids/taille), l’insuffisance pondérale (faible rapport poids/âge) et les carences ou les déficiences en micronutriments (manque de vitamines et de minéraux essentiels).
On estime à 462 millions le nombre de personnes adultes en insuffisance pondérale.

– L’autre catégorie comprend le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles liées à l’alimentation (par exemple les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer). Cela concerne environ 1,9 milliard d’adultes dans le monde.
Les principales causes de ces déséquilibres sont liées à des facteurs économiques. En effet, beaucoup de personnes n’ont pas accès à de la nourriture de qualité, et se nourrissent à base de produits peu coûteux mais riches en graisses, en sucres et en sel.
Cela entraine une augmentation du taux d’obésité et du surpoids chez les adultes et les enfants. Le mode de vie de plus en plus sédentaire des populations est également un facteur aggravant.
On constate que l’on peut être en surpoids mais carencé en nutriments si l’alimentation n’est pas variée et pauvre en fibres, vitamines et minéraux.

currywurst-1264222_1280
Les conséquences du surpoids et de l’obésité sont l’augmentation du risque de certaines maladies chroniques comme :
– les maladies cardiovasculaires (principalement les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux)
– le diabète
– les troubles musculo-squelettiques, en particulier l’arthrose
– certains cancers (sein, ovaires, prostate, endomètre, foie, vésicule biliaire, rein et colon).

Il est donc très important de faire preuve de vigilance lorsque le surpoids s’installe.

Bien souvent, les personnes concernées sont tentées de suivre des régimes restrictifs et déséquilibrés, afin de perdre quelques kilos rapidement.

large

Chaque année, on voit fleurir de nouveaux régimes hypocaloriques qui promettent une perte de poids rapide mais qui malheureusement sont très difficiles à suivre, avec beaucoup de restrictions et de contradictions, et qui peuvent engendrer des carences voire des troubles du comportement alimentaire. Ces régimes ont aussi souvent pour conséquence une reprise de poids plus importante lorsque le sujet revient à une alimentation normale, appelée « effet yo-yo ».

Il est préférable d’opter pour un rééquilibrage alimentaire, en tenant compte de la personne, de son mode de vie et de ses goûts, afin de corriger en douceur mais de manière durable ses erreurs en matière d’alimentation et d’hygiène de vie.

La place de la phytothérapie dans un rééquilibrage alimentaire

Pour aider dans cette démarche de perte de poids/rééquilibrage alimentaire, il ne s’agit pas de se limiter à des conseils diététiques, mais aussi d’accompagner la personne dans son individualité, en ayant recours, par exemple, à la phytothérapie.

brooke-lark-182428

L’utilisation des plantes dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire peut être une aide précieuse, car elle agit sur plusieurs aspects importants pour optimiser les chances de réussite.
Nous pourrons voir ensemble, lors des consultations, quelles plantes sont adaptées à votre cas.

Source: OMS
Images: pixabay   we heart it   unsplash

<a href= »https://www.bloglovin.com/blog/19074613/?claim=cfafwcg2gyb »>Follow my blog with Bloglovin</a>