Huiles essentielles : comment bien choisir ?

Bonjour,

Vous avez envie d’acheter des huiles essentielles mais vous ne savez pas sur quels critères vous baser ? Voici un article qui vous aidera à faire les bons choix.

essential-oils-1851027_640
Ce qui doit apparaitre sur le flacon

1 – En plus du nom commun de la plante, il faut que le nom botanique exact soit mentionné.
Si en plus vous cherchez une plante qui a plusieurs variétés, connaitre le nom botanique sera une aide précieuse.
Par exemple : Mélisse (Melissa Officinalis)

2 – Le chémotype. Une plante peut posséder plusieurs chémotypes. Le chémotype est la composition chimique d’une huile essentielle.
Au sein d’une même espèce végétale, on peut trouver des différences de composition chimique. Ces variations dépendent du cycle végétatif de la plante, de l’environnement (sol, climat, altitude, ensoleillement…), et aussi du mode d’extraction de l’huile essentielle.
On trouve souvent le chémotype indiqué par CT (exemple: Thym – Thymus vulgaris CT thymol. Le Thym compte six chémotypes différents)

Voici un autre exemple : L’Eucalyptus (qui comprend environ 600 espèces dans le monde)
Sous forme d’huile essentielle, on peut trouver:

  • l’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) qui est expectorant et utilisé dans les maladies ORL. Il est composé d’1,8-cinéole et d’alpha-terpinéol.
  • l’Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) qui a des propriétés anti-inflammatoires, antispasmodiques et calmantes. Il est composé de citronellal et de citronellol.
  • l’Eucalyptus globulus (Eucalyptus globulus) utilisé dans les affections des voies respiratoires (bronchites, laryngites…) et composé de 1,8-cinéole.
  • l’Eucalyptus staigeriana (Eucalyptus staigeriana) qui est anti-inflammatoire (rhumatismes, courbatures, etc…) et composé de limonène, néral, géraniol, terpinolène et géranial. On l’utilise également pour calmer le stress et la nervosité.

    eucalyptus-2711285_640

J’ai mentionné ici quelques propriétés, mais souvenez-vous que les contre-indications varient également d’un type à l’autre.

Il existe d’autres sortes d’Eucalyptus, mais je ne vais pas tout citer. Je voulais simplement expliquer pourquoi le nom botanique et le chémotype doivent apparaitre sur les flacons d’huiles essentielles.

3 – La partie distillée : racine, écorce, bois, feuille, aiguille, fleur, zeste, plante entière.
Si, par exemple, vous souhaitez acheter de l’huile essentielle de Cèdre, vous trouverez le Cèdre de l’Atlas (Cedrus Atlantica), de l’Himalaya (Cedrus deodara) ou de Virginie (Juniperus virginiana), ce dernier faisant partie de la famille de Genévriers et non des Cèdres.

L’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas est récupérée à partir du bois ou des aiguilles. Mais on trouve généralement la première, l’huile essentielle d’aiguilles étant plus rare.

cedar-526662_640
4 – Le pays d’origine de la plante. Comme je l’ai expliqué plus haut, la composition chimique dépendant beaucoup de facteurs environnementaux, une même plante cultivée dans deux pays différents n’aura pas tout à fait la même composition.

5 – Le numéro du lot et la date de péremption.

6 – La dénomination HEBBD qui signifie Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie. Cela signifie que les huiles essentielles sont entièrement définies sur le plan botanique (organe producteur de la plante, dénomination botanique latine exacte, chémotype, pays d’origine) et chimique. On trouve aussi HECT (Huile Essentielle Chémotypée), qui est utilisé par certains laboratoires, et qui est aussi un gage de qualité.

Le prix

Si vous découvrez les huiles essentielles, vous risquez d’être tenté(e) de vouloir en acheter beaucoup. Certains sites et magasins proposent des huiles essentielles à petit prix, bien sûr, c’est tentant. Pourtant ce n’est pas un bon calcul.

D’abord, il faut savoir que vous allez trouver de grandes différences de prix entre les huiles essentielles.

Les huiles essentielles biologiques auront un coût supérieur, puisque n’étant pas boostées par des engrais ou des pesticides, les plantes pousseront en plus petites quantités.
Certaines plantes sont rares, ou difficiles à cultiver.
Certaines fournissent beaucoup d’huile essentielle au poids, par rapport à d’autres.
Par exemple, pour obtenir un kilo d’huile essentielle de lavande vraie (Lavendula vera), il faut 150 kilos de sommités fleuries, contre 4000 kilos de pétales pour la Rose de Damas (Rosa damanesca).

damascena-111435_640

Privilégiez les petits producteurs. Il vaut mieux s’adresser à des personnes qui ne proposent pas des huiles essentielles venues des quatre coins du monde, et qui font leur travail sérieusement.
En faisant des recherches sur internet, vous trouverez des sites de producteurs basés par exemple dans le Sud de la France pour la lavande, la sarriette, des producteurs corses pour l’Hélichryse italienne ou les huiles essentielles d’agrumes, etc…
Je ne saurais que trop vous conseiller de choisir en priorité des huiles essentielles biologiques, ou éventuellement issues de plantes sauvages. 

Préférez la qualité à la quantité. Il vaut mieux s’acheter une huile essentielle de très bonne qualité mais plus chère, que trois ou quatre huiles essentielles à bas prix.
Vous verrez, si vous en achetez trop, que vous ne les utiliserez pas toutes, et que certaines ne vous conviendront pas.
Avoir un trop grand nombre d’huiles essentielles est inutile. Il vaut mieux en avoir peu mais bien les connaitre, et savoir les utiliser. En faisant trop de mélanges, et en connaissant mal les propriétés et les contre-indications, vous vous exposez à des réactions désagréables, voire dangereuses. 

J’espère que cet article vous aura permis de faire le point sur les critères à prendre en compte lors de vos achats d’huiles essentielles.

À très vite ! 🙂


Alimentation et philosophie

Bonjour

Au début du mois de décembre, j’ai assisté à une conférence de Frédéric Lenoir, en lien avec son dernier livre « Le miracle Spinoza ».

Spinoza
Pendant la conférence, il a abordé le sujet de l’alimentation, en expliquant que certains aliments sont bons pour nous, et d’autres mauvais, et que malheureusement, certains aliments que nous trouvons bons au goût, peuvent se révéler être des « poisons » pour notre corps.

Pour vous donner un exemple personnel : j’aime énormément les avocats, mais au fil du temps je suis devenue allergique, et je ne peux plus en manger.
Pour faire le lien avec Spinoza et les propos de Frédéric Lenoir, quand je mangeais de l’avocat, cela me procurait de la joie (puisque j’aime le goût et la texture), mais il se trouve que mon corps le supporte très mal. Je ne peux donc plus en manger, alors j’essaie de me tourner vers d’autres aliments que j’aime et qui me conviennent.

avocat
Quand on est intolérant ou allergique à un aliment, il s’agit donc de réorienter notre désir (d’en manger) vers un autre aliment, qui sera bon au goût, et qui fera du bien à notre corps.

Tout cela demande une bonne connaissance de soi, et s’apprend avec l’expérience.
Ce qui est bon pour l’un, ne l’est pas forcément pour l’autre.
Par exemple, certaines personnes peuvent boire du lait en grande quantité sans que cela pose le moindre problème, et d’autres vont avoir des maux de ventre dès qu’elles en boiront un peu.

Cela me fait penser aux régimes que l’on retrouve chaque année dans les magazines, avec des injonctions à manger ceci et pas cela, et des quantités basées sur quoi ? Chaque personne est différente, et a donc des besoins différents. Il y a bien sûr des « fourchettes » selon l’âge, la taille et le poids. Mais aucune prise en compte de l’activité, du métabolisme, des goûts et des intolérances de la personne.

diet-403588_640
Pour en revenir aux propos de Frédéric Lenoir au sujet de la pensée de Spinoza, il explique également que nous pouvons tout à fait choisir de manger des choses qui nous procurent de la joie mais qui sont mauvaises pour notre corps (aliments gras et sucrés, par exemple).

Il y a, d’une part, une question de quantité. Et ce que je constate, que ce soit en nutrition, ou en phytothérapie, c’est que la dose fait le poison. Evidemment, ce n’est pas une révélation, mais cela s’applique à beaucoup de choses de la vie…

En dehors des cas d’allergie ou d’intolérance, il vaut mieux ne rien diaboliser, et s’autoriser un verre de temps en temps, une pâtisserie, ou une raclette (puisque c’est de saison). Si notre corps ne nous met pas en alerte (réaction allergique, mauvaise digestion, etc…), pourquoi ne pas se faire plaisir ?
L’équilibre alimentaire doit passer par le plaisir de manger. 
Bien évidemment, un régime à base de graisse, d’alcool et de sucre, finira par vous faire du mal, il faut aussi en être conscient.

Junk food

D’autre part, toujours d’après Spinoza, la sagesse n’est pas un devoir. Ce qui signifie ici, que chaque personne est libre de consommer des aliments qu’elle sait néfastes pour sa santé. Ou bien elle peut choisir la sagesse, et consommer des aliments qu’elle aime (ou qu’elle a appris à aimer) car elle sait qu’ils sont bénéfiques, et qu’elle sera en meilleure santé en les consommant. Cela augmentera sa vitalité, et sa joie de vivre.

Pour conclure, si j’ai eu envie de vous parler de cela, c’est parce que cela correspond totalement à ma façon de voir les choses, et de travailler.
Chaque personne est unique, et doit être prise en compte dans son unicité. C’est, à mon avis, l’une des clés de la réussite d’un accompagnement.
J’espère que cet article n’aura pas été trop « indigeste » 🙂

Je vous souhaite un excellent début de semaine.
Prenez soin de vous 🙂

Images : pixabay unsplash


Pour éviter qu’un rhume dégénère…

Bonjour 🙂

Aujourd’hui, je vais vous donner quelques conseils pour vous aider à soigner un rhume, et surtout éviter qu’il dégénère en bronchite ou autre…

Le premier conseil, c’est de commencer à vous soigner dès les premiers symptômes. Si vous attendez d’avoir de la fièvre et une toux, il vaut mieux consulter votre médecin.
Si vous commencez à avoir le nez qui pique, ou à éternuer, n’attendez pas pour vous nettoyer les fosses nasales avec un spray d’eau de mer, ou du serum physiologique.

essential-oils-2385072_1920
Vous pouvez aussi utiliser des huiles essentielles, si vous les supportez, et n’êtes pas enceinte, ni asthmatique.
L’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum Camphora L.) est très efficace pour court-circuiter un début de rhume.
Composée de 50 à 60% de 1,8-cinéole et de terpènes, elle est antivirale, antibactérienne, stimulante immunitaire et mucolytique.
Vous pouvez l’utiliser en massage (diluée dans une huile végétale) sur le thorax, dans le dos et la voûte plantaire), la respirer au flacon, ou par voie orale (si vous êtes sûr(e) de bien la tolérer et en respectant impérativement les doses).
Pensez aux inhalations. Vous trouverez en pharmacie des produits prêts à l’emploi à base d’huiles essentielles.

infusion
Mon 3ème conseil, c’est de boire beaucoup ! De l’eau (pas glacée), du thé, des infusions de plantes.
Le thym (Thymus Vulgaris), par exemple, est une plante très intéressante pour soigner les infections hivernales. Il contient du thymol, qui est un anti-infectieux puissant, des phénols et des flavonoïdes.
Le serpolet (Thumys serpyllum) est également antiseptique et antiviral.
Vous pouvez sucrer vos tisanes ou infusions avec du miel (qui possède des vertus anti-bactériennes). Et ajouter du citron pour la vitamine C.

washcloth-1253981_640
Autre conseil, qui peut sembler superflu, mais qu’il est quand même bon de rappeler : ayez une hygiène rigoureuse ! Lavez vos mains après mouchage, évitez d’embrasser votre entourage comme du bon pain, éloignez-vous si vous sentez que vous aller éternuer, et ne toussez pas au visage des gens.

Côté alimentation, évitez les laitages et les plats gras/sucrés pendant quelques jours. Privilégiez les légumes et les fruits pour leurs vitamines. Reposez-vous.

luke-michael-27050

Et enfin, si vous sentez que votre rhume se complique, vous pouvez aller voir votre médecin traitant, mais évitez les urgences. Un rhume, sauf si vous avez d’autres problèmes de santé nécessitant une prise en charge rapide, n’est pas une urgence !
En vous rendant aux urgences pour un rhume, vous allez perdre du temps, et vous risquez d’en ressortir avec un cadeau bonus (grippe, gastro…). Avouez que ce serait dommage ! 🙂

Je vous souhaite un bon début de semaine.
Prenez soin de vous ! 😉

 

Images : Pixabay Unsplash